Sourate Al-Moutaffifin - سورة المطففين

Al-Moutaffifin

Sourat Al-Moutaffifin récitée par 158 différents réciteurs

Informations sur sourat Al-Moutaffifin

  • Nombre de versets : 36
  • Type : Makiya
  • Traduction du nom : Les fraudeurs
  • Ordre chronologique : 86
  • Ordre traditionnel : 83

Description

Al-Moutaffifin est une sourate mécquoise dont le nombre de versets est de 36. Selon l'ordre de la compilation du Coran, elle a été révélée après sourate Al-Ankabout.

Le nom de cette sourate Al-Moutaffifin (Les fraudeurs) est tiré du premier verset.
Le thème principal de cette sourate est l'Au-delà. Les premiers versets invitent les gens de prendre garde des pratiques malfaisantes dans leur commerce : ''Malheur aux fraudeurs qui lorsqu’ils achètent aux autres exigent pleine mesure, mais qui lorsque eux-mêmes mesurent ou pèsent pour les autres faussent le poids et trichent dans la mesure ! Ces gens-là ne pensent-ils pas qu’ils seront ressuscités, en un jour solennel, un jour où les hommes comparaîtront devant le Maître de l’Univers? ''

Cet exemple parmi les autres maux qui prévalent dans la société sont le résultat inévitable de l'inconscience de l'Au-Delà. A moins que les gens ne se rendent compte qu’ils comparaîtront un jour devant Dieu et qu’Il leur demandera compte de chacune de leurs actions de ce monde, il n’est pas possible qu’ils adoptent la piété et la droiture dans leurs affaires quotidiennes : ''Qu’ils prennent garde ! La liste des pervers se trouve consignée dans le Sijjîn. Et qui te donnera une idée du Sijjîn? C’est un registre numéroté , situé dans les bas-fonds de l’Enfer. Malheur donc, ce jour-là, aux négateurs, qui traitent de mensonge le Jour de la Résurrection ! En vérité, seul le qualifie de mensonge l’impie chargé de péchés qui, lorsque Nos versets lui sont récités, s’écrie : «Ce ne sont là que de vieilles légendes !» Oh que non ! Ce sont plutôt leurs mauvaises actions qui se sont accumulées au point de dessécher leurs cœurs. Aussi un voile sera-t-il dressé, ce jour-là, pour les empêcher de contempler la Face de leur Seigneur, et pour leur faire subir, ensuite, les affres du Feu éternel. «Voici, leur sera-t-il dit, ce que vous traitiez de mensonge !» ''